Résultats examen vtc 2017

On le sait, l’accès à la profession de Chauffeur VTC a connu de nombreux bouleversements ces dernières années. Avant janvier 2016, il fallait passer une formation de 250h qui donnait lieu à une simple attestation de suivi de formation. Mais face au manque de contrôle des centres de formation, le gouvernement a instauré en 2016 une première réforme rendant obligatoire le passage de l’examen VTC pour obtenir la carte professionnelle VTC. Or, celui-ci étant organisé par les centres de formation eux-mêmes, la voie à tous les opportunismes s’est ouverte, accentuant ainsi la concurrence déloyale face aux taxis avec des conditions d’accès au métier inéquitables entre les deux professions. Pour parer à ces écueils, une nouvelle réforme de l’examen VTC/Taxi a été mise en oeuvre pour 2017 avec pour principaux changements :

  • Un tronc commun VTC/Taxis pour la théorie + des épreuves spécifiques
  • Une épreuve pratique ajoutée aux VTC
  • L’organisation de l’examen confié à un organe indépendant : La Chambre des Métiers et de l’Artisanat

Les premiers résultats* de l’examen VTC 2017

La première épreuve dite d’admissibilité (théorie) de l’examen VTC 2017 a eu lieu le 15 mai et la deuxième le 30 mai 2017. Depuis, le rythme de l’épreuve d’admissibilité est d’une par mois. Les résultats sont communiqués après 15 jours ouvrés et les candidats admis sont convoqués par la suite à l’épreuve dite d’admission (pratique).

  • Résultats examen VTC du 15 + 30 mai à (épreuve d’admissibilité)

    D’après nos informations, le nombre de candidats VTC pour les 2 dates s’élève à un peu plus de 900. La CMA nous confirme un taux de réussite d’environ 67% à ces premières épreuves, soit 600 candidats ont réussi les épreuves théoriques sur les quelques 900 qui se sont présentés.

  • Résultats examen VTC juillet (épreuve d’admission)

    Les candidats admis ont été convoqués en juillet pour passer l’épreuve pratique à l’exception des candidats du 30 mai inscrits à la CMA de Paris (soit 235 personnes). Ces candidats ont été convoqués pour le mois de septembre.
    Donc 234 candidats des 367 candidats convoqués ont réussi l’épreuve pratique. Soit 64% des candidats ayant réussi la première épreuve, ont réussi l’épreuve pratique. Rapporté au nombre de candidats de départ (900 – les 235 qui n’ont pas encore été convoqués), seulement 35% des candidats VTC ont réussi à obtenir leur attestation de capacité professionnelle en vue de l’obtention de la carte professionnelle VTC.

Les résultats parisiens sont tombés : sur les 235 candidats convoqués à Paris en septembre pour l’épreuve pratique, 170 ont été admis. Ce qui donne un taux de réussite à l’examen VTC de 44% pour le mois de mai.

 

  • Résultats examen VTC du 27 juin (épreuve d’admissibilité) :

    Le taux de réussite pour l’IDF est de 43%. Soit 243 candidats admissibles sur un total de 565 candidats inscrits…c’est beaucoup moins que la session de mai ! Ces candidats n’ont pas encore passé l’épreuve d’admission.

  • Résultats examen VTC du 25 juillet (épreuve d’admissibilité) :

    Avec 2200 candidats VTC, seuls 378 candidats ont réussi l’épreuve d’admissibilité. Soit un taux de réussite de 17 %….!

* Les taux de réussite et le nombre de candidats ont été obtenus auprès de la CMA, à l’exception du taux de réussite de l’épreuve d’admission de juillet 2017 qui lui a été calculé par nos soins.

Un engouement pour le métier de chauffeur VTC ?

Commençons par constater le nombre élevé de candidats à l’examen VTC. Deux raisons à cela :

  • D’abord les chauffeurs actuellement en exercice sous le statut de la loi LOTI doivent impérativement obtenir leur carte professionnelle VTC (et donc passer l’examen) pour avoir le droit de continuer d’exercer au 1er janvier 2018. Ces chauffeurs ont été recensés au nombre de 15000 ! Soit autant qui peuvent disparaître du marché le 30/12/2017 (date à laquelle ils seront déconnectés des plateformes de mise en relation)
  • La perspective de voir disparaitre la grande majorité de ces chauffeurs permet d’envisager de nouvelles opportunités d’emploi pour de nouveaux candidats actuellement au chômage ou souhaitant se reconvertir.

Un accès au métier plus difficile que prévu ?

Remarquons le faible niveau de réussite, d’abord à l’épreuve d’admissibilité et encore plus éloquent à l’épreuve d’admission. Comment l’expliquer ?

  • Beaucoup des candidats déjà en exercice estiment qu’ils n’ont pas besoin de se former pour passer l’examen.
  • L’extrême facilité d’accès au métier de Chauffeur VTC avant la réforme de l’examen VTC 2017 a  laissé croire que l’examen était facile et qu’il n’y avait pas besoin de suivre une formation de chauffeur VTC.
  • Beaucoup des candidats à l’examen VTC n’ont pas le niveau de français nécessaire à la compréhension et la réussite de l’ensemble des épreuves d’admissibilité

L’explosion des candidatures à l’examen VTC depuis la session du 25 juillet 2017

Comme relaté dans notre article formation Uber gratuite ? La société Uber a organisé fin juin une promotion de 5 jours dont le mécanisme était d’offrir les frais d’examen (195 €) et, par le biais de son « partenaire » Cab-Formations, d’offrir la formation en ligne. Cette opération a été un vrai succès selon l’article du Parisien, puisque 2000 candidats s’y sont inscrits. Ce sont ces candidats que l’on retrouve à la session d’examen VTC du 25 juillet 2017.

Depuis, et malgré les résultats plutôt désastreux à l’examen VTC du 25 juillet 2017, la plateforme a réitéré son opération pour la session du 26 septembre. Quel serait donc son intérêt à faire une opération si peu rentable et à dumper le marché de la formation VTC ? Nous voyons plusieurs explications :

  1. Accélérer la transition des capacitaires et chauffeurs LOTI vers le statut de chauffeur VTC vu le risque avéré pour la plateforme de pénurie de chauffeurs au 1er janvier 2018
  2. Alimenter un « stock » de chauffeurs disponibles jusqu’au 30 décembre 2017 puisque nous savons depuis mai 2017 que pour s’inscrire sur la plateforme Uber, la carte professionnelle VTC est obligatoire ou a minima une preuve d’inscription à l’examen VTC
  3. Capter l’intérêt des futurs chauffeurs VTC pour Uber dont l’ambition est de dominer le marché (et tout son eco-système), lesquels une fois sur le terrain pourraient faire un choix alternatif. La disponibilité du chauffeur pour conserver un client étant le nerf de la guerre , leur fidélisation sur une plateforme plutôt qu’une autre est un enjeu primordial

Les candidats à l’examen VTC de tous horizons saisissent ainsi l’opportunité de passer l’examen VTC gratuitement pour « tenter leur chance » au cas où la coche tomberait juste au moins 6 fois sur chacune des épreuves…c’est parce qu’on leur a laissé croire pendant longtemps que pour devenir Chauffeur VTC, il suffisait juste d’avoir le permis de conduire…

Mais cette sélection à l’entrée que constitue désormais l’examen VTC version 2017, montre que l’ère de l’opportunisme s’achève pour laisser place à une nouvelle ère, celle du professionnalisme et de la qualité souhaités par le gouvernement.

Devenir Chauffeur VTC en 2018 nécessite désormais une vraie préparation pour réussir à la fois l’examen, mais aussi en tant que Chauffeur indépendant sur le terrain et savoir tirer son épingle du jeu sur un marché désormais concurrentiel.

La CMA revoit l’organisation de l’examen VTC à partir de septembre 2017

Face à ce déferlement de candidats, la CMA désemparée (lire article relatif au déroulé de la session du 25 juillet article RTL) ajuste son organisation :

  • Instauration de quotas pour chacune des sessions d’examen (1200 candidats VTC et 300 candidats Taxis max pour l’IDF )
  • Lieu unique d’examen pour privilégier des petites salles cloisonnées plutôt qu’un grand open space de 2000 personnes afin de faciliter la surveillance des candidats
  • Ajout de 2 dates d’examen jusqu’à fin 2017 pour absorber la forte demande (générée par Uber & consort)

Les horizons 2018

La phase de transition des capacitaires et chauffeurs LOTI prendra fin le 30/12/2017. On peut envisager alors un retour à la qualité et au professionnalisme des centres de formation VTC puisque :

  • Les nombreux candidats déçus de ne pas avoir réussi et ne pouvant plus travailler devront se résoudre soit à suivre une vraie formation, soit à changer de voie
  • Face aux taux de réussite moins que brillant de fin 2017, les nouveaux entrants, désireux de faire carrière dans le métier, se dirigeront d’eux-mêmes vers une formation VTC sérieuse et de qualité
  • Uber, n’aura plus intérêt à poursuivre son opération puisque seuls les Chauffeurs VTC avec carte professionnelle VTC pourront être inscrits sur la plateforme (Coût minimum de l’opération du 25 juillet :  390K€ de frais d’examen offerts, pour les résultats que l’on connait). Et Cab-Formations, le centre de formation d’Uber, n’est pas dimensionné pour absorber et dispenser des formations plus longues et plus sérieuses à toute la demande de formation.
  • Les centres de formation VTC proposant des formations « courtes », « expresses », « intensives », 100% à distance…etc, devront s’adapter ou disparaitre.
  • La nouvelle législation et le nouveau mode de gouvernance du secteur du T3P entrainera plus d’exigences en terme de qualité et professionnalisme pour tous les acteurs du secteur

 

Pour aller plus loin :

 

 

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Lire notre article relatif au premiers résultats à l’examen VTC version 2017 […]

Les commentaires sont fermés.