Epreuve théorique VTC

Afin de pouvoir exercer le métier de Chauffeur VTC, la carte professionnelle des conducteurs de VTC est indispensable. Depuis le 1er janvier 2017, son obtention est soumise à la réussite à l’examen VTC désormais composé d’une épreuve théorique commune aux taxis et d’une épreuve pratique. Le tout, organisé par les Chambres de Métiers et de l’Artisanat.

Ces nouvelles règles s’inscrivent dans le cadre plus global de la réforme Grandguillaume qui vise à réguler le secteur afin de revenir à un équilibre dans les relations entre les différents acteurs du secteur.

Si l’introduction sur le marché des plateformes de mise en relation représente un véritable El Dorado en termes d’emploi, cela a aussi créé un appel d’air à tous les opportunismes, notamment pour ce qui concerne l’accès au métier de Chauffeur VTC.

Nombreuses « vocations » ont ainsi vu le jour, créant de fait une concurrence importante de chauffeurs ne sachant pas travailler. Car oui, il faut le dire, Chauffeur VTC, c’est un métier. La simple préparation à l’examen n’est pas la garantie de réussir à gagner sa vie une fois sur le terrain. D’où l’importance d’une véritable formation professionnalisante.

Contrairement à certaines idées reçues, ce nouvel examen ne représente pas la fin de l’accès au métier de Chauffeur VTC, mais le début de la professionnalisation des Chauffeurs et de fait, la fin des opportunismes. C’est ainsi que l’on voit au fur et à mesure le secteur se réguler. D’abord avec l’interdiction d’Uber Pop, plus récemment celle de Heetch qui prépare néanmoins son retour en s’adaptant à la réglementation (professionnalisation des chauffeurs Heetch) et en cours, la fin du régime LOTI qui permettait à des capacitaires d’embaucher de jeunes chauffeurs sans formation ni expérience.

C’est bien la preuve que le besoin de Chauffeurs existe et n’est pas prêt de s’arrêter, tout comme la possibilité de gagner correctement sa vie avec ce métier. A condition, à l’instar des chauffeurs de taxi d’être bien formé pour devenir indépendant et choisir l’évolution que vous voulez donner à votre carrière. Sachant que la réglementation concernant le statut des chauffeurs VTC devra elle aussi évoluer pour facilité l’exercice du métier sur le plan social.

Ce nouvel examen VTC, qui voit son niveau relevé, vise à mettre la formation du chauffeur VTC au cœur des préoccupations des centres de formation. La finalité étant de réintroduire dans le comportement du futur chauffeur, professionnalisme, qualité de service et sécurité du passager, dans le respect de la réglementation. Qui dit professionnalisme du chauffeur dit formation et donc professionnalisme du centre de formation. Pourtant, certains centres continuent à proposer une offre calquée sur l’ancien modèle : des formation exclusivement en e-learning, ou d’une très courtes, allant jusqu’à vous dirent que la formation sur la partie pratique serait inutile tant l’épreuve serait simple. Or il suffit de s’intéresser à l’examen taxi pour comprendre que la difficulté est belle et bien réelle, tant sur les épreuves théoriques que pratique.

Donc si vous vous apprêtez à miser sur ce secteur pour vous reconvertir ou faire décoller votre carrière professionnelle, futurs stagiaires, mesurez bien les enjeux et choisissez bien votre centre de formation !

Pour répondre à vos interrogations, n’hésitez pas à nous contacter !