Devenir Chauffeur VTC en 2018

Devenir chauffeur vtc

Les 5 bonnes raisons de devenir Chauffeur VTC en  2018

Avec tous les bouleversements qu’a connu le secteur du transport public particulier de personnes ces dernières années, on pourrait penser que la dynamique  de croissance tend à s’essouffler. Or il n’en n’est rien. Si les conflits entre taxi/VTC et Uber ont faussé l’image du métier de Chauffeur VTC le rendant moins attractif pour les nouveaux arrivants, les besoins eux continuent de croître sur différents segments du marché. Si aujourd’hui le métier de Chauffeur VTC est associé au Chauffeur Uber, travaillant 70h/ semaine pour même pas le smic, il est a noté que cela concerne une minorité de chauffeurs qui pour la plupart ne sont pas qualifiés pour savoir exercer le métier dans de bonnes conditions et indépendamment des plateformes numériques. Il existe de multiples façons d’exercer le métier de Chauffeurs VTC et il est a noter que 77% d’entres eux sont satisfaits de leur situation et représentent la majorité silencieuse. D’autant plus que l’avenir s’annonce radieux avec notamment le projet du Grand Paris où l’on attend 12,7 chauffeurs pour 1000 habitants contre 7,4 aujourd’hui. Voici donc les 5 bonnes raisons pour devenir Chauffeur VTC en 2018.

 

5 bonnes raisons bonnes raisons de devenir Chauffeur VTC en 2018

 

  1. Un *marché toujours en croissance :

    Le marché du Transport Public Particulier de Personnes (T3P) est en évolution constante depuis 2013 et représente un véritable enjeu de croissance pour les pouvoirs publics. Son intérêt est donc d’aider au développement du secteur.

      • La filière VTC est à l’origine d’une création d’emploi sur 4 et de 6% de croissance du PIB au 1er semestre 2016
      • Un taux de croissance annuelle moyen d’environ 270% depuis 2013
      • Un effet d’entrainement positif sur un écosystème d’acteurs (vendeurs et loueurs de voitures, assurances, etc…)
      • 97% des utilisateurs de VTC se déclarent satisfaits ou très satisfaits de leur dernière course
      • Un potentiel de croissance encore important avec le Grand Paris avec pour projection de passer de 7.4 chauffeurs aujourd’hui à 12.7 chauffeurs pour 1000 habitants d’ici 2022
      • Une croissance qui devrait générer une recette fiscale de 1.7 Mrd d’€ en 2022. Autant dire que les pouvoirs publics mettent tout en oeuvre pour permettre à ce secteur de poursuivre sa croissance. C’est de bon augure pour devenir Chauffeur VTC !

    Avec la fin du détournement de la loi LOTI, ce sont près de 22000 Chauffeurs d’IDF non qualifiés qui vont arrêter d’exercer au 31 décembre 2017. Soit 65% des chauffeurs VTC d’IDF. On estime le taux de conversion de ces chauffeurs (ceux qui se formeront et passeront l’examen VTC d’ici fin 2017) à environ 5%. Il y a donc un réel risque de pénurie de chauffeurs VTC pour répondre à la demande exprimée via les plateformes numériques dès le 1er janvier 2018. Cela implique un changement de stratégie des plateformes qui devront proposer une nouvelle fois des conditions attractives (comme cela avait été fait quand Uber s’est implanté sur le marché) qui donnent envie à des jeunes et moins jeunes d’entreprendre une formation pour devenir Chauffeurs VTC . Et ce, afin qu’elles puissent répondre à la demande croissante.

    *Source : étude réalisée par le BCG (Boston Consulting Group) 2ème semestre 2016

  2. Un contexte réglementaire favorable :

    L’application de la loi Grandguillaume en vigueur depuis décembre 2016, tend à faire retrouver au métier ses lettres de noblesse

      • La carte professionnelle VTC devient obligatoire pour exercer le métier de Chauffeur VTC
      • Fin du détournement de la loi LOTI : les capacitaires et leurs chauffeurs ne détenant pas la carte professionnelle VTC à fin décembre 2017 seront interdits d’exercer et déconnectés des plateformes numériques
      • L’Examen VTC est désormais organisé par un organisme indépendant des centres de formation VTC (la Chambre des Métiers et de l’Artisanat) ce qui permet d’éviter la connivence et la triche
      • Une formation VTC est nécessaire pour réussir l’examen théorique et pratique afin de professionnaliser le futur chauffeur VTC

    La carte professionnelle VTC sera désormais plastifiée et délivrée par l’Imprimerie Nationale afin d’éviter toute fraude. Cette loi marque la fin des opportunismes qui ont vu débarquer sur le marché un grand nombre de chauffeurs non qualifiés (pas formés et ne présentant pas les conditions requises pour exercer le métier). Cette arrivée massive a créé une forte concurrence, déloyale qui plus est, une paupérisation des chauffeurs et une mauvaise image du métier (Grande Remise). C’est donc le début de la professionnalisation, le retour de la qualité de service et de la sécurité ainsi que de la protection du Chauffeur, lequel, formé, saura mieux développer son CA et gérer sa rentabilité.

  3. Une véritable opportunité de faire carrière :

    La carte professionnelle VTC est le sésame pour exercer le métier de Chauffeur VTC dans le domaine de votre choix et orienter votre carrière selon vos aspirations

      • Vous pouvez choisir d’exercer en tant qu’indépendant en devenant chef de votre entreprise ou choisir d’exercer en tant que salarié
      • Vous pouvez choisir d’exercer dans le domaine qui vous correspond le mieux (grande remise, tourisme, green, VIP, etc…)
      • Grâce à une formation adaptée, vous devenez indépendant des applications numériques et de leurs choix stratégiques (lire exemple LeCab). Elles redeviennent ainsi de simples partenaires ou un complément de votre activité principale.

    On peut considérer le métier de Chauffeur VTC tel que pratiqué avec les applications numériques et perçu par le grand public comme un nouveau métier. Mais il faut se rappeler qu’à la base, il est issu de la Grande Remise et s’appuie sur les codes « prestige » de celui-ci sans pour autant proposer systématiquement le même service. Bien entendu, la clientèle à laquelle s’adresse ce service haut de gamme n’a pas disparue. L’arrivée d’Uber sur le marché a juste permis d’étendre cette offre à une plus large catégorie de clientèle avec des besoins différents. Par conséquent il existe différentes façons d’exercer le métier. Et si la carte professionnelle VTC vous permet de devenir Chauffeur VTC dans tous les domaines, il va de soi que plus on s’adresse à une clientèle exigeante et haut de gamme, plus le chauffeur doit être qualifié et professionnel.

  4. Un métier aux nombreux avantages :

    Devenir Chauffeur VTC confère un certains nombre d’avantages particulièrement si vous n’aimez pas la routine

    • Vous gagnez en autonomie, flexibilité et indépendance si vous choisissez d’exercer en tant qu’indépendant
    • Vous conduisez un véhicule haut de gamme qui correspond à votre image (et à votre budget !)
    • Vous exercez un métier de contact et de service dans une ville qui a récupéré sa place de première ville touristique du monde en 2017 (90% de l’activité VTC concentrée en IDF)
    • En bon gestionnaire vous pouvez générer des revenus confortables, bien au-delà du smic
    • Vous obtenez la reconnaissance immédiate de vos clients devant le service que vous leur proposez
    • Vous êtes seul maître à bord de votre véhicule
  1. Un métier à votre image :

    Devenir chauffeur VTC requiert d’avoir des qualités nécessaires pour une projection à long terme

    • La flexibilité
    • La disponibilité
    • La rigueur
    • Le sens et le goût du service
    • Le plaisir de conduire
    • Soucis de la qualité et de l’image véhiculée
    • Des notions d’anglais

Un chauffeur VTC peut exercer de multiples façons :

Ou comme ça :

http://www.sastransport.com/

 

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Les 5 bonnes raisons de devenir Chauffeur VTC en 2018 […]

Les commentaires sont fermés.